samedi 17 novembre 2007

"Rien ne vaut les classiques" : le hachis parmentier

Avant, lorsque je me lançais dans une nouvelle recette, je me rendais compte à quel point j'étais conditionnée par la cuisine de ma maman : j'avais tendance à n'utiliser que les ingrédients que je connaissais et à me limiter à ses plats traditionnels. Je commence, doucement mais sûrement, à me libérer du joug pesant de l'habitude pour rejoindre le monde rayonnant de la révolution culinaire. C'est comme ça que je me suis lancée dans la réalisation de mon premier hachis parmentier. J'espère que vous appréciez l'exotisme suprême de mes innovations.

Je n'ai aucun souvenir d'enfance de hachis parmentier, qui me semble pourtant bien placé pour concurrencer le jambon-frites dans le top five de la gastronomie enfantine. En même temps, lorsque j'étais petite, je n'aimais pas la purée parce que ça avait le goût de lait. Je vous dirais bien, pour voir dans vos yeux une lueur d'envie ou d'admiration (selon que vous vous sentez plus proches du monde des parents ou des enfants), que je préférais les endives, mais ce n'était pas le cas. Je crois qu'à part des boudoirs trempés dans l'eau, je ne mangeais pas grand-chose avec plaisir. Comme quoi, on finit toujours par changer.

Un jour, malgré ces débuts difficiles avec le hachis parmentier, j'ai eu l'intuition - sortie de nulle part - que j'avais désormais l'âge (canonique de 18 ans) d'apprécier ce grand classique. Et bingo, je suis devenue une parmentier-adepte. C'est chaud, c'est bon, c'est réconfortant, c'est convivial, c'est facile à faire, et ça plaît à tout le monde. Le hachis parmentier fait partie de ces plats dont la seule évocation suffit à réchauffer les coeurs (je sais, je donne beaucoup trop d'importance à ce genre de choses, mais chacun sa secte d'illuminés). Et pour finir, j'adore le concept de plat unique pour un dîner nombreux.

Je ne suis pas franchement anti-conformiste, mais je n'ai pu m'empêcher d'en modifier les fondamentaux. En réalité, je n'ai pas modifié, j'ai rajouté, c'est encore mieux. J'ai mélangé plein de recettes différentes pour finir par trouver celle qui me plaisait le plus.


Pour 6 personnes dotées d'un solide appétit :

- 600 grammes de viande de boeuf hachée
- 1 carotte
- 2 oignons
- 100 grammes de champignons de Paris
- 800 grammes de pommes de terre à purée
- 50 grammes de beurre (+ beurre pour faire cuire les légumes)
- 20 cl de crème fraîche
- 20 cl de lait
- 50 grammes de gruyère râpé

Mettre les pommes de terre entières à cuire à l'eau, avec leur peau.

Emincer les oignons. Eplucher les carottes et les couper en fines rondelles. Eplucher les champignons de Paris et les couper en petits cubes.

Dans une grande poêle, faire dorer les oignons à feu doux dans le beurre, puis les réserver. Les remplacer par les carottes pour les faire caraméliser dans le beurre, puis réserver. Ensuite, faire suer les champignons. Enfin, faire cuire la viande en ajoutant tous les légumes à la fin de la cuisson. Saler et poivrer.

Lorsque les pommes de terre sont cuites, les éplucher puis les couper en quatre pour les réduire en purée, au robot ou au presse-purée. Ajouter le lait bouillant, le beurre et la crème. Saler et poivrer.

Dans un grand plat allant au four, commencer par étaler une fine couche de purée, puis la viande mêlée aux légumes, puis une couche plus épaisse de purée et finir par une fine couche de gruyère râpé. Enfourner pour 20 à 30 mn à 200°, le temps que le dessus soit bien doré.


Avec une salade verte, on dirait presque un repas équilibré. Le grand plat est sympathique et convivial, mais ne permet pas d'avoir un hachis très présentable. Pour un service un peu plus chic, il vaut mieux utiliser de petits plats individuels.

7 commentaires:

Mélina LOUPIA a dit…

Les carottes, ok, mais alors le champipi, alors là, j'ai jamais essayé cette variante, et si je le fais, je broie tout, sinon, tout le monde se casse de la maison.
Des bizettes

cagaroule a dit…

Ah je suis bien contente que cette nouvelle aventure commence! Je vais te suivre attentivement! :-)

Mademoiselle Coco a dit…

Mélina > franchement, il se fait très bien sans champignon aussi, tu sais. C'est d'ailleurs ce que j'ai fait jeudi soir (j'avais fait une soupe aux champignons, et avait oublié d'en mettre quelques uns de côté pour mon hachis...), et personne ne s'est plaint !

Cagaroule > sois la bienvenue ! Et merci de ton suivi attentif ;-) Ca me fait plaisir de te retrouver ici !

princessevarda a dit…

Moi, je suis à fond pour les classiques comme tu pourras le constater là:
http://princesse.mabulle.com/index.php/2007/10/22/94369-le-gratin-c-est-divin-avec-dauphinois-ca-rimait-pas
Je suis bien impatiente de tester ton hachis!
Et t'avais raison pour les photos de cuisine...ça donne pas toujours envie....

Mademoiselle Coco a dit…

Princessevarda > Bienvenue ! Heureusement qu'il n'y a pas de photo sur mon post, je pourrais mal le prendre ;-) Je garde en tête ta recette de gratin dauphinois, ça m'a l'air pas mal, surtout avec les lardons !

Denys a dit…

Moi j'ai un petit truc très perso (et entièrement de mon cru, donc probablement culinairement catastrophique), pour que le hachis soit moins sec : j'y ajoute un petit peu de sauce Soja ou Worchester, parce que je trouve que la viande hachée cuite à la poële a tendance à être très peu juteuse. Il y a un soupçon de sucre dans la sauce soja, ça caramélise même légèrement...Mais comme tu mets une couche de purée dessous, ça doit être différent avec le tien. Bon point pour les champignons, c'est bête j'y avais jamais pensé. Je me suis toujours dit qu'avec un peu de tomates ça pouvait être bon, j'essayerai un jour.

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > ben non, c'est pas du tout une hérésie la sauce soja et la Worcestershire, puisqu'on en met dans le tartare ! J'essaierai la prochaine fois !