lundi 3 décembre 2007

"De fort fort lointain, mais d'on ne sait où" : la soupe de carottes aux épices

Je fais des soupes quasiment toutes les semaines en hiver. La base est toujours la même : un oignon émincé et coloré dans de l'huile, des légumes revenus, de l'eau à hauteur, et un bouillon cube. Seuls les légumes et les épices changent de recette en recette.

Cette fois-ci, j'avais l'intention de faire une soupe de carottes un peu à l'indienne, suite à la dégustation d'une délicieuse soupe de lentilles corail au curry chez une amie.

Après avoir goûté, je dois me résoudre à l'évidence : c'est bon, mais pas particulièrement indien ! Bon, on va quand même dire que c'est vaguement asiatique, au moins pour les épices utilisées. Ma soupe de carottes à l'indienne est devenue une soupe de carottes aux épices.


Pour 1,5 litre de soupe (j'ai du mal à dire combien de convives vous pourrez servir avec cette quantité, étant donné que je m'en sers de grands bols en plat principal, sans calculer les portions... Bon, je dirais de 4 à 6 personnes, à vue de nez) :

- 1 oignon
- 2 cuillers à soupe d'huile d'olive
- 6 belles carottes
- 1 cube de bouillon de volaille
- 1 cuiller à café de gingembre en poudre
- 1 cuiller à café de 4 épices
- 2 cuillers à café bombées de curry
- 1 boîte de lait de coco (400 ou 500 ml selon les marques)

Emincer l'oignon et le faire blondir dans l'huile d'olive. Eplucher et couper les carottes en grosses rondelles et les faire revenir avec les épices pendant une dizaine de minutes avec l'oignon dans l'huile.

Couvrir d'eau chaude à hauteur, et ajouter le bouillon-cube. Laisser cuire le temps nécessaire (je sais, ce n'est pas précis, mais ça va de 10 minutes à la cocotte minute, à 45 minutes pour une casserole normale : les carottes sont très longues à cuire). Vérifier la cuisson avec un couteau : le coeur doit être bien tendre.

Mixer au blender ou au mixeur-plongeur avec toute l'eau de cuisson, puis ajouter le lait de coco. Saler (le bouillon cube sale largement assez à mon goût, mais je suis une morue dessalée qui aime tout sans sel ou presque) et poivrer.

6 commentaires:

Mo a dit…

merci pour cette recette qui m'a donné envie de faire voyager mes carottes aussi (et l'occasion de liquider une boîte de lait de coco un peu oubliée)! chez moi ça a donné carottes+pois jaunes+ mélange d'épices "cari de madras"+ lait de coco (sans doute un peu trop car on ne sentait plus vraiment les épices, et j'avais pourtant été généreuse). délicieux!

Mademoiselle Coco a dit…

Mo > des pois jaunes ? Mais qu'est-ce donc ?! En tout cas, ravie de t'avoir discrètement inspirée :-)

Mo a dit…

J'ai traduit littéralement les gelbe erbsen de mon paquet. ça a un peu legoût des pois cassés, mais c'est jaune, donc.

Mademoiselle Coco a dit…

Mo > visiblement, ça existe bien en français, mais je n'ai aucune idée de ce que c'est. En même temps, je ne suis pas fan des légumes secs, alors je ne perds peut-être rien !

Denys a dit…

Tiens moi aussi je cuisine à peu près complètement sans sel. Reflexe familial, l'hypertension de mon père nous ayant obligé à bannir le sel du régime général (non je ne parle pas des retraites, tu suis un peu? ;-)). Et je ne m'en porte pas plus mal (bon, d'accord, sur les frites on ne peut pas s'en passer), ce qui me fait regarder avec d'autant plus d'incrédulité ceux qui rectifient l'assaisonnement de leur plat avant même de l'avoir goûté! Et c'est courant...

Mademoiselle Coco a dit…

Denys > mmmmmmmm, les grains de sel sur les frites !! Aussi inimitables que grains de sucre sur les chouquettes :-)